A l'heure de l'hyper-sollicitation, la concentration devient un "bien commun" menacé.

 

Les capacités cognitives de l'être humain sont limitées et nous sommes de plus en plus vulnérables aux invitations désagréables de l'extérieur. À tel point que certains penseurs considèrent aujourd'hui l'attention comme un « bien commun » menacé, tout comme l'eau ou les forêts. Yves Citton, écrivain de l'ouvrage "Pour une écologie de l'attention"  expliquait déjà les dangers de cette hypersollicitation.

En entreprise, la numérisation, les espaces ouverts, les bureaux flexibles peuvent attaquer directement les capacités de concentration des équipes.

Reconstruire l'écosystème de l'attention est devenu un défi personnel et professionnel majeur

 

La fatigue digitale

Email, SMS, visios, notifications, réseaux sociaux… envahissent le quotidien et changent la façon dont les personnes s'informent et interagissent. Le rapprochement virtuel est de plus en plus important, surtout avec le télétravail. La pleine concentration nécessite une grande énergie et est presque un défi dans la société actuelle.
Cette stimulation de longue durée peut avoir des conséquences graves sur le moral (fatigue nerveuse, anxiété, insomnie, épuisement) et sur le travail (attention et créativité en berne, gestion du temps chaotique et perte d'efficacité).

Le droit de déconnexion numérique dans les entreprises permet d'éviter les risques d'addiction et d'épuisement professionnel, ou simplement d'éviter le stress engendré par l'invasion de l'espace privé par les outils professionnels.


Comment transformer cette « pression numérique » ? Existe-t-il une alternative pour trouver une relation plus équilibrée avec les outils numériques? Comment retrouver efficacité et concentration ?

 

En quête de concentration

Espaces de travail, bureaux partagés, tout est plus ouvert, plus rythmé et plus connecté… Il existe des techniques qui peuvent permettre de mieux se concentrer ou de remobiliser rapidement l'attention après une distraction.

  • Offrir un bon environnement de travail (salles de pause, espace confortables, zones d'isolement)
  • Permettre de vrais temps de pause
  • Apprendre la flexibilité de l'attention
  • Déceler les comportements «dangereux» pour la concentration
  • Apprendre à se concentrer et améliorer son efficacité au quotidien
  • Adopter la bonne attitude dans les environnements bruyants ou trop stimulant
  • Se questionner sur les pratiques digitales de l'entreprise


Cet engagement dans l'amélioration du bien-être collaborateur doit s'appuyer sur une stratégie des Ressources Humaines globale. Un collaborateur heureux est plus productif et impliqué.

Un responsable RH en temps partagé en plus de la gestion administrative des collaborateurs, élabore et déploie, selon vos besoins, des études et actions en faveur de la qualité de vie au travail.

Je veux un Responsable RH !